30/07/2006

l'oxydation chez le LIZARD

 

 

 

L’oxydation du lizard

 

 

Le lizard est certainement la race la plus ancienne du canari.

Je ne reviendrai pas sur le standard dans son ensemble mais sur un point crucial de ce dernier : l’oxydation.

Bien que l’oxydation ne représente que peu  de points dans la fiche de jugement, elle fera la différence entre deux oiseaux au dessin irréprochable.

Pour commencer, il est indispensable de réduire au maximum le voile brun présent dans le manteau.

Pour ce faire, seule une exposition au soleil peut diluer l’eumélanine brune fautive : les UV ont une action de dilution de ce pigment et donc éclaircissent le fond. De plus ils oxydent l’eumélanine noire.

Donc, dans la mesure du possible, il est bon d’exposer ses oiseaux aux rayons du soleil.

Pour obtenir un jaune soutenu (casque et fond) il est bon aussi de donner quelques plantes à haute teneur en bétacarotène, comme le pissenlit en fleur, le sénençon ou encore le laiteron maraîcher. Ces plantes donneront un jaune plus «  chaud » et renforceront le contraste des couleurs.

Mais la plante reine pour une oxydation optimale reste le polygonum aubertii. Cette plante a pour principal avantage d’oxyder les parties cornées, comme les pattes et le bec c’est un incontournable si l’on veut « réussir » ses oiseaux. L’effort est spectaculaire et indéniable.

A partir du moment ou mes oiseaux sont sevrés, ils en reçoivent tous les jours.

 

 

Le standard

 

 

 

pattes non oxydées en début de sevrage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pattes commençant à être déja bien oxydées, les oiseaux sont en mue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeunes lizards en mue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le Polygonum Aubertii

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

quelques champions de mon ami Gérard GARCIA (gégé42 pour ceux qui le connaissent sur les forums "canaris"

Champion de FRANCE FFO en 2003 et 2004

des oiseaux d'une qualité exceptionnelle

 

 

 

10:32 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

28/07/2006

Logiciel de gestion d'élevage

Logiciel de gestion d'élevage que j'utilise.

 

 

 

 

 

 

1. À quoi ça sert
La plupart des éleveurs ont un "cahier d'élevage", et bien ici le principe est le même, mais en mieux. Pourquoi? Parce qu'ici pas de feuilles volantes, tout est clair et bien expliqué, vous pouvez y rentrer plus d'informations que sur un cahier d'élevage, et le logiciel est pourvu d'un tas de fonctions qu'un cahier ne pourrait avoir!
Bref... vous l'aurez compris, un logiciel de gestion d'élevage c'est quelque chose de plus adapté, plus optimisé pour la gestion d'élevage!

2. Pour les canaris
Bien que l'apparence du logiciel peut à première vue vous faire penser qu'il soit destiné aux perroquets, c'est faux. Pourquoi? Simplement parce que ce logiciel est basé sur Focus Canary Pro, un autre logiciel un peu plus ancien qui avait été créé uniquement pour les canaris!

3. Comment commencer
Rien de plus simple, même les débutants en informatiques pourront s'y retrouver! Installez le logiciel, tout est bien expliqué, il y a même des tutoriels pour commencer à gérer son élevage!
Pour commencer rapidement à gérer votre élevage sur Birds Evolution Pro: vous créez en premier vos oiseaux en cours de reproduction, vous formez les couples, et vous rentrez les couvées en cours!
Le logiciel ne se limite pas à ça bien sûr, des dizaines d'autres fonctions sont disponibles et prêtes à être utilisées

4. Oui mais... c'est gratuit?
Toutes les versions qui peuvent être téléchargées sont gratuites à la base: pas de restriction dans le temps. Cependant les fonctions sont limitées. On demande une contribution pour les "vrais" éleveurs qui ont plus de 5 nouveaux oiseaux par an, pour les autres (les passionnés mais qui ne font pas vraiment d'élevage), l'édition "Light" (gratuite) leur suffira amplement!
La contribution pour une édition standard (non limitée) du logiciel est d'environ 55 euros pour l'instant... ça correspond à 1 ou 2 oiseaux vendus, c'est donc très facilement amortissable, vu que c'est un bon logiciel ça vaut le coût.
A noter qu'en achetant le logiciel vous avez le droit de demander de le modifier si des choses manquent! Et cela GRATUITEMENT! Vous pouvez aussi profiter de mises à jour gratuitement pendant au moins un an!

5. Légalité
Vous achetez ce logiciel en toute légalité vu qu'il est distribué dans plusieurs animaleries et est commercialisé par la société Ara Studio (basée au Canada).

6. Programmeur (éditeur du logiciel)
c’est  Micaël FELIX qui est le programmeur du logiciel donc pour le contacter c'est vraiment simple, il est accessible ici : www.logiciels-ornitho.com

 

7. Installation (gratuite)
Vous pouvez télécharger le logiciel à partir de ce lien:

ftp://ftp2.logiciels-ornitho.com/logiciel4/BirdsEvolution...

Les mises à jour les plus récentes sont fournies dans ce dossier.
Installez le, et testez le, vous verrez, vous serez conquis!

Des tutoriels (sous forme de vidéo) sont disponibles ici:
http://www.logiciels-ornitho.com/Tutoriel

 

 

17:32 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

26/07/2006

Mon ami Gilbert VANDEN BOSCH

Mon ami Gilbert VANDEN BOSCH

 

 

 

C’est l’éleveur de norwichs par excellence !! j’ai fait sa connaissance tout d’abord virtuellement, par le biais d’un forum qui était à l’époque spécialisé en canariculture. Depuis les choses ont évolué et nous avons créé, avec quelques autres passionnés, notre propre forum. J’ai eu la chance de pouvoir le rencontrer chez lui, et cette rencontre m’a laissé un souvenir inoubliable… une pièce d’élevage comme j’en ai rarement vu, un homme d’une gentillesse et d’une compétence exceptionnelle.. Un passionné quoi !

J’ai fait l’acquisition fin 2005 d’un mâle reproducteur d’une grande qualité et cet oiseau accouplé à une de mes femelles m’a donné 9 jeunes en trois tours, et parmi eux quelques uns  très prometteurs. Que dire de plus….

Ah..si, nous communiquons tous les jours par le biais d’internet et il ne se passe pas un jour ou nous n’ayons pas d’avis à échanger, et ça, pour un passionné ça n’a pas de prix.. !!

 

Mon ami Gilbert :

 

 

 

 

 

 

10:28 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

25/07/2006

Le mélange de graines

Le mélange de graines

  

Il n’est pas possible de parler du canari, quelque soit sa race, sans parler de sa nourriture. Le canari est un granivore et nous nous devons de lui fournir le meilleur mélange et la meilleure qualité de graines.

Après des années de tâtonnements, d’essais et d’observations je suis devenu un « anti-navette » convaincu. J’ai testé la majorité des mélanges du marché, fait des ajouts, modifié les quantités distribuées pour en arriver à la conclusion suivante : méfiance sur l’utilisation de la navette dans les mélanges. Cet avis n’engage évidemment que moi, mais depuis que j’ai opté pour un mélange sans navette et élevé en alpiste, fini les problèmes de ventres rouges, les hépatites et l’engraissement inutile des mâles.

Depuis que je distribue mon mélange, mes oiseaux sont en parfaite santé, et ne dit-on pas que la santé passe par le bec.

  

La composition de mon mélange :

 

Alpiste : 69%

Niger : 10%

Lin : 8%

Chanvre : 5%

Avoine pelée : 5%

Semences sauvages : 2%

Périlla : 1%

 

 

11:19 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

23/07/2006

Le norwich mélanique

Le norwich mélanique

 

 

 

Le norwich mélanique est un oiseau difficile à travailler de part la structure de sa plume. En effet, contrairement aux lipochromes, la plume est plus « dure » et de ce fait renforce les principaux défauts que l’on constate souvent chez cet oiseau. Et parmi ces défauts, le plus flagrant est le creux de nuque. Il est plus courant de voir apparaître ce défaut chez les pigmentés que chez les lipos. La rondeur générale de l’oiseau s’en ressent aussi. De plus la coloration n’a que peu d’effets car la quantité de lipochrome est extrêmement réduite.

Cette année j’ai pratiqué l’accouplement vert intensif pur X  vert schimmel.pur. les résultats sont : 50% de mélanines purs et 50% de panachés à dominante mélanique. Ce qui tendrait à montrer que ces oiseaux sont à facteur E+E et non E+E+.

Quelques oiseaux se montrent malgré tout prometteurs, mais principalement en schimmel. Les intensifs mélaniques restants, à mon avis, des oiseaux de travail.

 

 

jeune "vert" de 35 jours :

 

 

 

 

 

norwich "vert" de six mois :

 

 

 

08:52 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/07/2006

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles.

 

 

 

J’utilise depuis quelques années les huiles essentielles en préventif et sous deux formes d’assimilation.

 

- la première :

 

en diffusion dans ma pièce d’élevage à l’aide d’un diffuseur à micro nébulisation que l’on trouve facilement chez les bons distributeurs d’huiles essentielles. Ce diffuseur est couplé à un programmateur mécanique classique qui me permet de gérer le temps et la fréquence de pulvérisation. Ainsi  les pulvérisations se font pendant 5 minutes toutes les deux heures. L’air ambiant se charge en huiles aux vertus différentes, certaines ont des vertus thérapeutiques, d’autres antiparasitaires. Elles sont respirées par les oiseaux et agissent en prévention des maladies respiratoires et jouent un rôle préventif non négligeable.

Voilà la formule que j’utilise.

 

- thym

- eucalyptus

- lavande

- pelargonium

- menthe

 

 

 

 

 

 

-la seconde :

 

 Par voie orale en distribuant régulièrement du PERFORM. Ce produit est un complément 100% naturel composé d’huiles essentielles sur base d’argile blanche. Argile blanche qui joue aussi un rôle positif sur le transit intestinal.

 

19:55 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Le nourrissage à la main

Le nourrissage à la main

 

 

Peu d’éleveurs en parlent et pourtant nombreux sont ceux qui le pratiquent.

 

Le but n’est évidemment pas l’apprivoisement des oiseaux ni la substitution aux parents mais tout simplement de sauver certains oisillons mal nourris ou encore d’apporter un plus pour les races « lourdes », surtout dès les premiers jours.

 

Les races lourdes dont le Norwich fait partie, ont de très grands besoins énergétiques et demandent un apport important de nourriture pour avoir un développement rapide dès les premiers jours. Un Norwich qui serait mal nourri dans la 1ère semaine présenterait des retards de croissance ayant un impact sur son gabarit final ainsi il serait une fois adulte, petit et hors standard. Toutefois les heures de nourrissage doivent respecter certaines règles. Si les parents nourriciers sont de bons parents, il faut éviter de nourrir pendant la journée, car dans ce cas les oisillons deviendraient apathiques et ne réagiraient pas aux sollicitations de nourrissage ce qui pourrait avoir pour conséquence l’abandon à court terme de la nichée. Je nourris donc les jeunes uniquement le soir, environ ½ heures avant l’extinction de la lumière.

 

Les produits que j’utilise, sans discernement, sont le Nutribird A21 ou le Handmix ces produits sont composés de 21% de protéines et contiennent des lactobacilles qui sont très importants dans le processus de digestion.

 

Dans le prochain article je parlerai de l’importance du choix des parents nourriciers.

Ci-dessus photos de jeunes dans la première semaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16:07 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Les compléments alimentaires

 

 

Les compléments alimentaires

 

 

La levure de bière :

 

C'est un champignon microscopique saccharomyces cerevisiae.
La levure renferme des enzymes (alcoolase, maltase, oxydase, catalase) une substance protéolytique proche de la trypsine (aide à l'assimilation des protéines).
Elle renferme aussi des vitamines B2 (lactoflavine) B3 ou PP (amide nicotinique) B6 (adenine) B7 et B12 .
Il y a aussi du glutathion des matières azotées (50 %) donc très utiles pendant la période de mue, un peu de lécithine des stérols du glycogène (énergétique) et des sels minéraux à hauteur de 10 % en particulier Phosphore et K (potassium).

C’est pour moi le complément incontournable.

 

La Choline : (Sédochol)

Considérée par certains comme une vitamine du groupe B, la choline est essentielle au maintien de l'intégrité des membranes de toutes les cellules et au métabolisme des gras.Elle est donc le protecteur idéal du foie. Foie qui est souvent malmené par une distribution de mélanges de graines non adaptés et souvent trop riches en matières grasses (comme ceux contenant un trop fort pourcentage de navette) . La choline contribue à la synthèse de la lécithine, une substance qui permet à la bile d'assurer la digestion des graisses. Comme précurseur de la phosphatidylcholine, elle intervient également dans la circulation des gras. L'organisme synthétise une très petite quantité de choline. Un apport extérieur est donc conseillé. Le jaune d'oeuf est de loin l'aliment le plus riche en choline : un oeuf cru (50 g) en contient 125 mg. Mais l’apport d’œuf dans la pâtée s’avère souvent insuffisant. J’utilise donc en complément le Sédochol.

Le calcium : (Calcilux)

Bien que présent dans l’alimentation traditionnelle, il est souvent en quantité insuffisante notamment à certaines périodes de l’année, comme celle de la reproduction ou celle de la croissance des jeunes. Il est donc nécessaire de faire un apport régulier à ces périodes. Les femelles en sont les principales consommatrices et une carence au moment de la reproduction peut avoir des conséquences désastreuses. Mal de ponte, œufs sans coquilles et surtout affaiblissement des femelles. De même, l’oisillon en pleine croissance est un gros consommateur de calcium. C’est le « ciment » de son squelette et plus l’oiseau est dit « lourd » plus ses besoins sont importants. Je fais donc un apport régulier en calcilux de chez Orlux. C’est une poudre hydrosoluble facilement assimilable.

Les protéines : (Ewitt 90)

Les pâtées du commerce (pour les meilleures) ont un taux d’environ 16-17% de protéines, ce qui est à mon avis insuffisant. les protéines étant l’essence de l’organisme . de  ce fait je rajoute dans ma pâtée un concentré de protéines de la marque EWITT90 de façon à obtenir un taux avoisinant les 20% .

La Lécithine de soja :

La lécithine de soja constitue un émulsifiant naturel de choix, qui favorise la solubilisation des corps gras dans le sang,. Mais l'action de la lécithine de soja ne s'arrête pas là ! Elle est riche en choline et inositol, intervenant sur le métabolisme hépatique des graisses.

 

Le vinaigre de cidre de pomme :

Le vinaigre de cidre contient plus d'une trentaine de substances nutritives, des minéraux, des vitamines et des acides essentiels, plusieurs enzymes et une bonne dose de pectine. Il est particulièrement riche en potassium et en d'autres oligo-éléments tels que le phosphore, le calcium, le magnésium, le soufre, le fer, le fluor, le silicium, le bore et bien d'autres. il aide à la digestion et favorise la flore gram+ (régénère la flore intestinale). De plus, de part son acidité, il maintient un ph acide dans le tube digestif et notamment dans le proventricule évitant ainsi la prolifération des mégabactéries qui eux préfère un ph plus neutre. L’assimilation des protéines se fait en milieu acide, en curatif il évite donc la proventriculite . je l’utilise à raison de 5ml par litre d’eau deux fois par semaine.

 

La liste des compléments alimentaire ne serait pas complète si on ne parlait pas des probiotiques. Ils peuvent être considérés comme un supplément naturel qui régulera la flore intestinale. Ils assurent un bon équilibre au niveau des bactéries digestives et comblent les pertes en bonnes bactéries, comme lors de la prise d’antibiotiques ou de pathologies comme la colibacillose ou la coccidiose. Ceux que j’utilise sont : Probizyme de chez Orlux (à mettre dans la pâtée), Oceproven (à mettre dans l’eau de boisson) et l’ultra-levure en gellule.

 

10:34 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

17/07/2006

La coloration du Norwich

La coloration du Norwich

 

bien que n'étant pas obligatoire pour exposer ses oiseaux, la coloration amène malgré tout un plus. elle met en valeur l'oiseau, donne une meilleure stucture à la plume et défini parfaitement la catégorie de chaque oiseau. ainsi il est plus facile de discerner les intensif, les intensifs à plume courte des différents catégories de schimmel...

je colore mes oiseaux à partir de la 6ème semaine. la quantité de colorant ne doit plus varier du début de la coloration jusqu'à la fin de la mue. par la suite, un apport de colorant  ponctuel est fait de façon à éviter de mauvaises surprises si l'oiseau venait à perdre quelques plumes. un oiseau mal coloré ou bicolore est fautif en concours.

 

Pour la coloration, j’utilise un mélange 50/50 de canthaxanthine et bétacarotène que je mélange dans ma patée.

 

 

 

 

 

 

La coloration commence à être visible dès le deuxième mois (principalement sur les épaules) et le processus est vraiment visible à partir du troisième mois. Cette coloration coïncide évidemment avec la mue juvénile. Chaque nouvelle plume repoussant colorée. Elle se terminera par la tête

 

Photos de jeunes lipochromes de 3 mois :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultat final,(Norwich de 6 mois) :

 

 

 

 

 

 

 

09:20 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/07/2006

Les graines germées

 

Les graines germées

 

 

On ne saurait trop insister sur le rôle capital des graines germées dans l’élevage des oiseaux.

Riches en vitamines A et E, les graines germées sont en outre, très facilement assimilables par l’organisme des jeunes et des adultes. Les résultats obtenus sont toujours très positifs

 

Ø      % élevé d’œufs fécondés

Ø      Croissance rapide des jeunes au nid

Ø      Vitalité des adultes.

 

Quelles graines utiliser en vue de la germination ?

Voilà la composition de mon mélange :

 

 

navette

niger

quinoa

katjang idjoe

froment

sorgho

dari

laitue

cardy

 

 

-  Revers de la médaille : il est essentiel de bien en réussir la préparation.

Les graines doivent germer rapidement, être rincées très souvent pendant le processus de germination et ne pas être exposées à la chaleur pour éviter toutes moisissures. Il est d’ailleurs    possible de les conserver une journée ou deux au réfrigérateur. Je les utilise toujours en  complément, mélangées à ma pâtée, et ce, deux à trois fois par semaine en fonction de la  saison. Je stoppe leur distribution pendant la période de repos hivernal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08:26 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |