29/03/2007

Nourrissage à la main (2)

Dans bien des cas le nourrissage à la main peut s’avérer indispensable. Femelle seule à nourrir, nichée nombreuse, femelle mauvaise nourricière, etc.. dans ce cas il existe sur le marché des embouts spécifiques très bien adaptés et et qui vous sauveront certains oisillons que vous voulez absolument garder, ou bien auxquels il sera nécessaire de donner un supplément vitaminé ou un antibiotique

Pour ce faire j’utilise un embout « spécial canari » que je me suis procuré auprès de la société « The birdcare company ». Il est  bien étudié et très efficace.

 

Ps : après chaque utilisation , bien rincer l’aiguille et la passer quelques secondes dans l’eau bouillante de façon à éliminer tout trace de résidus qui pourraient la souiller et contaminer pour le nourrissage suivant.

Je précise que ce gavage se fait uniquement pour les nichées où les femelles élèvent seules. !!

 

 

serigue-2007

 

 

 

aiguille_1

 

 

aiguille-2

 

 nichée de 6 razas :
 
gavage_1

 

 

gavage_2

 

 

nichée de 4 lizards

 

gavage_3

 

 

gavage_4

 

14:30 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

27/03/2007

Truc et astuce

Truc et astuce

 

Voila comment fabriquer rapidement un porte bagues avec deux morceaux de tasseaux de récupération et quelques rayons de vélo. Simple mais pratique :

Bagues de couleur, bagues de 2,5mm, bagues de 2,7mm, bagues de 2,9mm et bague de 3,2mm.

 

porte bagues

 

07:49 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/03/2007

le sexage chez le canari en prériode de repro.

A cette période de l’année, mis à part le chant, il est assez aisé de distinguer le sexe de l’oiseau. .

Chez le male le cloaque représente une protubérance  nettement détachée du bas ventre avec des plumes relativement longues (plumes souvent appelées « pinceau ») alors que chez la femelle le cloaque est dans le prolongement parfait de l’abdomen et donne grossièrement la forme d’une poire (les plumes y étant quasiment inexistantes).

voila un dessin qui illustre parfaitement mon propos, toute proportions gardées..

 

 

sexage

 

 

 

Sur ces deux photos on voit nettement que le cloaque du mâle est cylindrique et bien détaché du ventre, avec ce fameux « pinceau », alors que chez la femelle il est dans le prolongement du ventre.. en cette période, il n’est pas possible de se tromper, d’autant que chez la femelle il y a une perte de plume de l’abdomen, perte de plume qui permet un meilleur réchauffement des œufs en période de couvaison.

 

 

Mâle :

 

cloaque_1_mâle

 

 

 

femelle :

 

 

cloaque_femelle_1

 

20:53 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

16/03/2007

début de la reproduction

Cette année les nids ont été placés le 26 février. Les femelles étaient déjà  isolées dans leur cage respective. Les nids ont été rapidement construits et à ce jour, seul deux jeunes femelles gloster n’ont pas encore construit.

Quant aux norwichs, les femelles sont aussi chacune dans leur cage, mais les nids ne seront placés que ce week-end. Il est grand temps, car avec la douceur de ces derniers jours, l’excitation est à son maximum..

Voila une partie des batteries dans les quelles les nids sont faits et les femelles en train de couver ou en cours de ponte.

 

accouplement_1

 

 

accouplement_2

 

08:53 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

02/03/2007

Quelques femelles

Voila quelques femelles qui représentent les 4 races que j’élève. Depuis ces photos, 3 des 4 races ont été mis en reproduction. Les norwichs le seront bientôt.

Les ongles ont été coupés, le cloaque toiletté. le blanchiment est fini, les oiseaux sont sous vitamines  et probiotiques. Les cages ont été lavées et traitées à l’Océpou.

 

photo 1 : femelle lizard schimmel casque plein

photo 2 : femelle lizard intensive sans casque

photo 3 : femelle gloster panachée schimmel

photo 4 : femelle gloster panachée schimmel

photo 5 : femelle norwich mélanique schimmel

photo 6 : femelle norwich lipochrome intensive

photo 7 : femelle raza lipo. schimmel

photo 8 : femelle raza lipo; schimmel

 

 

casquée_argentée

 

sans_casque

 

femellegloster_repro_1

 

femellegloster_repro_2

 

Norwich_verte

 

norwich_lipo

 

femelleraza_repro_1

 

femelleraza_repro_2

06:17 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

28/02/2007

Le Minéral mix

Le Minéral mix

 

Les cendres brutes sont indispensables au bon équilibre alimentaire. Elles sont 100% minérales et contiennent des éléments comme le phosphore, le magnésium, des oligoéléments, etc. C’est un produit 100% naturel puisque issu d’une calcination totale et donc exempt de matières organiques.

Je donne ce produit en permanence dans de petits augets. Les oiseaux se servant en fonction de leurs besoins. Il est possible aussi de le mélanger au grit dont il est un complet idéal.

Il est surtout utile pendant la période de préparation et de ponte (les femelles puisant à ce moment là dans leurs réserves) et pendant le nourrissage des jeunes.

 

Composition du Minéral mix :

 

cendres brutes : 93,7%
calcium: 2,5%
phosphore : 1,8%
sodium : 0,4%

 

 

minéral_mix

 

 

minéral_mix_2

 

 

minéral_mix_3

 

15:26 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/02/2007

Mes nouvelles batteries (suite)

Une partie de mes nouvelles batteries a été installée cette semaine.  Les femelles y prendront place ce week-end. Elles sont un peu en avance cette année, malgré l’absence de chauffage dans la pièce, mais il faut dire que pour l’instant l’hiver n’a pas été virulent…

 

batteries

 

 

batteries_1

 

 

batteries_2

 

 

batteries_3

 

07:00 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

02/02/2007

Mes nouvelles batteries d’élevage

Cette année j’ai changé une partie de mes batteries. J’ai opté pour un modèle en époxy de chez GRAF (fabriquant allemand). Je les ai prises en 40cm de profondeur. Ces batteries sont très faciles d’entretien et très bien conçues. L’an prochain je changerai le reste . elles sont prêtes , ne reste plus qu’à les installer

 

batterie_1_07-2

 

 

batteries_2_07-2

 

07:58 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (25) |  Facebook |

26/01/2007

Dernières acquisitions pour 2007

Voila mes dernières acquisitions pour la saison 2007.

 

 

lizards_07

 

08:00 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

22/01/2007

un groupe d'amis

Ce 21 Janvier 2007, lors de la bourse du CPSN (à SPY) nous avons fait un petit détour chez mon ami Gilbert VANDEN BOSCH, un accueil chaleureux, et évidemment des discussions qui tournaient autour de...vous l'aurez deviné : les canaris de Posture..!!

 

une belle brochette d'éleveurs . de gauche à droite J-Y HOAREAU, Gilbert VANDEN BOSCH, Claude VERCHERE (et moi , deuxième en partant de la gauche).

 

Gilbert et Claude, deux pointures de la Posture..!!

 

amis_2007

 

09:19 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/01/2007

NORWICH LIPOCHROME SCHIMMEL

Norwich lipochrome schimmel champion de France  au National UOF 2006 à Noyelles-sous-Lens.

Pointage : 92 points

 

 

champ_2006

 

 

 

champ_2006_2

 

 

 

diplome_2

 

08:23 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

21/10/2006

Les expositions

Le concours de mon club : l’ACO

 

 

Tous les ans mon club organise son concours le premier week-end de Novembre.

C’est pour moi un incontournable. Je pense que les concours de club, qu’ils soient importants ou non, sont le reflet de la bonne santé de la canariculture locale et permettent aux « petits » éleveurs d’exposer leurs oiseaux  et de progresser dans une ambiance conviviale.

Pour moi, la vie des clubs est indispensable à notre hobby et tout doit être mis en œuvre pour leur faciliter la tache. je dis ça pour les présidents de région et les responsables nationaux qui souvent placent les « gros » concours à des dates qui quelques fois ne laissent que peu de place aux manifestations locales. A bon entendeur… ne dit-on pas que les petits ruisseaux font les grandes rivières ?

 

Voila quelques photos du dernier concours de l’ACO à PLAILLY (Oise)

 

 

plailly_1

 

 

 

 

 

plailly_3

 

 

 

 

plailly_4

 

 

plailly_5

 

 

 

plailly_6

 

 

 

plailly_7

 

 

 

plailly_2

 

 

 

plailly_8

 

07:39 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

22/09/2006

Le kyste folliculaire (ou lump)

Les kystes folliculaires

 

 

 

Ils s’observent principalement sur les ailes, mais peuvent apparaître à d’autres endroits du corps.

Effectivement, les plumes sont « plantées » sur des lignes bien précises (le dos, la poitrine, les flancs, le croupion). Ils sont provoqués par une ou plusieurs plumes qui n’arrivent pas à percer la peau. La plume pousse alors en s’enroulant sur elle-même pour finir par former un amas de kératine. La peau se soulève pour former une boule plus ou moins grosse en fonction du type de plume concernée.

 

 

Les principales causes :

 

Ø      Le mauvais accouplement. L’accouplement d’oiseaux schimmel entre eux favorise largement le risque de voir apparaître des kystes. Chez les schimmel la plume est plus molle et plus longue et perce donc moins facilement la peau.

 

 

Ø      Le type du canari : les lipochromes et les dilués sont plus souvent sujets aux kystes. L’absence de mélanine rendant la plume moins dure.

 

 

Ø      Le picage : les oiseaux piqués sont souvent plus susceptibles d’avoir des kystes. Ce phénomène s’explique par le fait qu’à l’endroit piqué la peau cicatrisée sera plus épaisse et donc plus difficile à percer par les plumes à venir.

 

 

Ø      L’absence de bains : en effet, lors de la mue, il est fortement conseillé de donner régulièrement le bain. L’eau rendra la peau plus souple et permettra, entre autre, une pousse plus aisée des nouvelles plumes.

 

    

 

Que faire quand un kyste apparaît ?

 

Il est bien sur possible de le laisser et attendre qu’il tombe de lui-même. Le kyste n’est pas en soi une gène pour l’oiseau, même s’il est disgracieux. Mais en le laissant on prend le risque d’une infection à plus ou moins long terme. En effet la kératine va continuer à augmenter sous la peau et de ce fait finir par la faire éclater. L’ouverture de la peau sera alors aussi une ouverture aux microbes. D’où le risque d’une infection avec complications. Je retire donc les kystes sur mes oiseaux. Attention !!! Si vous ne l’avez jamais fait, demandez à un éleveur expérimenté de le faire pour vous ou mieux, demandez à votre vétérinaire de pratiquer l’extraction…

 

 

kyste_2

 

 

 

kyste_1

 

 

 

kyste_5

 

 

 

kyste_4

 

 

 

kyste_3

09:55 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

14/09/2006

La vaccination

La variole

 

 

La variole est ce qui peut arriver de pire dans un élevage. Le virus qui en est la cause peut, en quelques jours, réduire à néant des années de sélection et de travail. Que ce soit dans sa forme cutanée ou pulmonaire, le virus  laisse peu d’espoir quand il entre dans un élevage. Il se transmet la plupart du temps par les insectes suceur de sang (comme le moustique femelle) et les acariens (comme le pou rouge). Il est ensuite véhiculé par l’air et n’épargne aucun oiseau.

Dans un élevage atteint par le virus, la mortalité est de 90-95%.

 

Par conséquent il est impératif de vacciner chaque année vos oiseaux .

Le seul vaccin réellement efficace à l’heure actuelle sur le marché est le Poulvac P canary

 

Chaque oiseau sera piqué dans la membrane alaire et une vérification après une semaine de l’apparition d’un point rouge à l’endroit de la piqûre attestera de la positivité de la vaccination.

 

Le flacon est prévu théoriquement pour 50 doses. Mais en utilisant une aiguille de 0,7mm je vaccine facilement 200 oiseaux .

 Alors, quand vous avez mélangé les flacons, ne soyez pas effrayé par le "peu de contenu".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12:02 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

29/08/2006

les oeufs : conservation et mirage.

 

Le stockage des œufs avant la couvaison.

 

 

Les canaris (comme tous les oiseaux) ne pondent qu’un œuf par jour et la ponte peut aller de 3 à 6 œufs (rarement plus). Par conséquent la ponte s’étale sur un minimum de 3 jours. De plus certaines femelles font ce qu’on appelle une « pause » , c’est-à-dire qu’il n’est pas rare qu’une femelle saute un jour au cours de la ponte, ce qui a pour effet de creuser encore un peu plus l’écart entre la ponte du premier œuf et la ponte du dernier. Cette pause est d’ailleurs souvent un l’indice d’une ponte importante.

Il est donc impératif, si l’on veut avoir des naissances simultanées, de retirer chaque jour les œufs pondus en les remplaçant par un œuf factice (un œuf factice suffit amplement) et de les stocker en attendant la fin de la ponte. Le dernier œuf se reconnaît à sa couleur plus bleue que les œufs précédents.

La ponte a lieu généralement entre 7 et 8 heures le matin. Mais il est possible de laisser l’œuf pendant ½ journée sans risque de développement embryonnaire et de le retirer après ce laps de temps. Les éleveurs ayant une activité professionnelle n’étant pas toujours présents lors de la ponte.

Lorsque la ponte est finie, on enlève l’œuf factice et l’on remet les vrais œufs à couver. Il est préférable de le faire le matin, ainsi les jeunes écloront ensemble le quatorzième jour dans la matinée. Le fait de les mettre à couver le soir pourrait avoir pour conséquences des naissances nocturnes et la femelle serait alors dans l’incapacité de les aider et de retirer les coquilles vides.

Pour en revenir au stockage, voila comment je procède : j’utilise une valise avec tiroirs servant habituellement à stocker visserie et autres accessoires de bricolage. Je remplis chaque tiroir d’alpiste (graine non grasse) et je place les œufs la pointe en bas. Je ne retourne pas les oeufs et les conserve facilement 8-10 jours sans risque de voir leur potentiel de développement embryonnaire altéré. Ce temps de conservation des œufs me permet d’essayer de faire coïncider les naissances sur plusieurs nids et ainsi d’avoir une certaine souplesse dans la répartition des œufs dans les nids et surtout d’avoir des naissances groupées. Il est plus facile de gérer des nids ayant tous des jeunes du même âge que des nids dans lesquels c’est l’anarchie quant à l’age des jeunes. Ceci vaut bien sur pour un élevage conséquent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mirage des œufs.

 

Comme il est important de bien stocker les œufs, il est important aussi de bien vérifier que les œufs en couvaison sont fécondés.

On ne laisse pas une femelle couver des œufs clairs !! la couvaison n’est pas une période de repos pour la femelle mais plutôt une période d’affaiblissement et de fatigue. Effectivement, une femelle qui couve n’est pas « posée » sur ses œufs mais en perpétuel équilibre au dessus, ne les recouvrant que par les plumes de ses flancs. De plus pendant cette période de couvaison elle s’alimente très peu et fond comme neige au soleil.

Je fais donc un mirage au 5ème jour, sans manipulation mais à l’aide d’un stylo lampe adéquat.

Les œufs non-fécondés sont retirés et remplacés par un œuf factice. En effet, un œuf clair couvé va pourrir et s’il se brise il risque de contaminer les œufs fécondés par des bactéries potentiellement dangereuses pour les embryons dans les oeufs féconds, voir pour les jeunes éclos.

Ne pas oublier dans les deux derniers jours de couvaison d’humidifier les coquilles de façon à les rendre plus friables et ainsi faciliter l’éclosion. Personnellement le treizième jour je fais un test de flottaison, il permet de vérifier la viabilité de l’embryon et par la même il humidifie la coquille. L’eau que j’utilise est à environ 30° et je fais ce test maximum 15-20 secondes.

 

 

 

 

 

(à droite, oeuf clair et à gauche, oeuf fécondé)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21:05 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (40) |  Facebook |

19/08/2006

Ma cage photo

La cage photo

 

 

 

Photographier des canaris en cage n’est pas toujours chose aisée. Les cages (ou batteries) sont trop grandes et trop profondes. Les oiseaux bougent sans cesse et les barreaux des grilles de façade sont une gène.

Par conséquent, l’idéal est de disposer d’une cage spécifique qui élimine tous ces inconvénients. Voilà la mienne (merci Nathalie), elle donne de bons résultats en mettant bien en valeur l’oiseau.

 

Ses dimensions sont : H : 0.20,  L : 0.31 ;  l : 0.27.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour que les photos soient de qualité il faut les prendre à une distance relativement faible, en mode macro et avec un flash en mode réduit pour éviter une sur exposition qui donnerait un effet de blancheur. Voilà un schéma qui explique comment positionner l’appareil par rapport à la cage, pour éviter d’avoir notamment le reflet du flash au milieu de la vitre.

 

 

 

 

 

 

 

Il est indispensable de prendre un grand nombre de photo avec les nouvelles technologies (appareil photo numérique). Toutes ne seront pas exploitables mais vous aurez un grand choix et pourrez sélectionner les meilleurs. Ensuite, avec un petit logiciel de retouche (comme photofiltre, ACDsee, irfanview) il vous sera possible de recadrer le sujet et d’y ajouter vos commentaires et signature.

 

 

photo avant recadrage :

 

 

 

photo après recadrage:

 

 

 

autre photo après recadrage :

 

 

11:34 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

13/08/2006

Le Raza espagnol

Le raza espagnol

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit rappel historique :

 

 

Le raza espagnol est le canari miniature par excellence.

Très petit ( 11,5 cm maximum ) corps fin, étroit, petites pattes.

Il est très agile et très vif.

Son comportement et sa taille ne sont pas sans rappeler son ancêtre, le canari sauvage (serinus canarius)  dont il a gardé la rusticité, la vivacité et l’instinct d’élevage très poussé.

Il faut rechercher l’origine de la race dans la vieille souche des canaris qui étaient élevés en Espagne à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème. Régulièrement les espagnols ont réintroduit du sang nouveau en le croisant régulièrement avec le canari sauvage des îles Canaries. Le but étant de garder une petite taille et ainsi fixer les principaux caractères de cette « race ». Ces apports réguliers expliquent le côté «sauvage » et vif de cette petite merveille, contrairement à d’autre races, beaucoup plus anciennes et donc beaucoup plus calmes et plus sociables.

Le premier standard date de 1931, mais sa reconnaissance ne fût effective qu’à partir de 1956. Le standard à cette époque était encore difficile à fixer et ce n’est qu’en 1977 qu’il devint stable et enfin reconnu par la COM.

Après avoir été longtemps marginal dans les expositions, il est, depuis quelques années, devenu un des oiseaux les plus exposé en catégorie posture, surtout depuis la fin du 20ème siècle. Il est présent dans pratiquement tous les concours, petits ou grands, et le nombre d’oiseaux exposés ne fait que croître.

 

 

Son standard de jugement :

 

 

 

 

 

 

Ø     Taille : 25 points

La taille doit être de 11,5 cm MAXIMUM. S’il est plus petit ça n’en est que mieux.

Défaut : trop grand

 

Ø     Dos et Poitrine : 25 points

Le dos et la poitrine doivent étroits et minces.

Sans proéminence.

Corps cylindrique

Défauts : Formes trop lourdes ou corps pas cylindrique. Bréchet saillant

 

Ø     Tête et cou : 10 points

Petite tête en forme de noisette.

Cou fin et court, bien dégagé du corps

Bec petit et conique

Défauts : Tête trop forte ou trop plate. Cou aps assez marqué, pas assez fin et dégagé du corps

Bec trop grand

 

Ø     Ailes et queue : 10 points

En proportion avec la taille de l’oiseau.

Bien adhérent au corps

Ailes se terminant en pointe, sans se croiser.

Queue longueur moyenne, étroite et légèrement fourchue (queue de poisson)

Défauts : Ailes courtes, décollées, croisées. Pendantes. Queue trop longue, en déséquilibre avec le corps de l’oiseau. Terminée en carré.

 

Ø     Jambes et pattes : 10 points

Courtes et accroupies.

Cuisses peu visibles.

Tarse court (14mm) et doigts courts.

Défauts : Pattes trop grandes, tarses et doigts trop longs. Cuisses trop visibles.

 

Ø     Plumage : 10 points

Compacté et fermé.

Bien adhérent au corps.

Défauts : Plume dure, cassante, longue ou exagérément courte rare autour des yeux.

 

Ø     Position et mouvement : 5 points

Gai en mouvement libre et agile

Position : 45°

Défauts : Trop érigé

 

Ø     Condition : 5 points

Propre et en bonne santé et actif

Toutes les couleurs sont admises sauf le rouge

Défauts : mauvaise santé, sale, déformations, couleur terne, couleur de fond rouge ou orangée.

 

 

 

 

Les accouplements :

 

 

Malgré sa prolificité, c’est un oiseau difficile à obtenir d’un point de vue standard. Effectivement, le standard exigeant une étroitesse du corps et une très petite taille, le choix des reproducteurs est crucial !!!

Ce qui caractérise cette race, c’est sa longueur de plume. L’oiseau doit avoir une plume courte, voire très courte, sans pour autant tomber dans l’excès et se retrouver avec des oiseaux ayant des parties dénudées. D’où l’importance du choix des géniteurs et de leur complémentarité.

De ce fait, il est tentant de croiser intensif x intensif, c’est pour moi une hérésie de croire que l’on puisse ainsi obtenir de bons intensifs. En pratiquant de la sorte vous courrez le risque d’obtenir des oiseaux « double-facteur intensif » ( voir photo jointe ), oiseaux complètement hors standard et inexploitables tant en expositions qu’en reproduction. Le seul et unique avantage de ce type d’accouplement est d’obtenir ¼ théorique de schimmel de qualité. Ces schimmels accouplés à des intensifs « simple facteur » vous donneront de bons intenssifs !!!

Je profite d’ailleurs du fait de parler du croissement intenssif x intenssif  pour souligner que en aucun cas le double facteur intensif est létal. Les « double facteur » existent bien !!!

J’en profite aussi pour dire que j’ai lu ici ou là, qu’il existait des semi-intensifs ou semi-schimmels : c’est une affirmation erronée l’oiseau est soit intensif, soit schimmel, après ce n’est qu’une histoire de longueur de plume….

On pourrait débattre sur ce sujet pendant des heures, donc pour conclure sur les accouplements, mes accouplements sont toujours  intensif ( simple facteur )  X  schimmel.

 

petite précision qui a son importance : 

BAGUES

Le diamètre obligatoire est de 2,5 mm.

                                              

 

 

photo d'un raza "double facteur" intensif :

 

 

 

la cage d'exposition :

 

depuis 2001 l'Espagne a obtenu de la C.O.M. l'autorisation d'exposer le Raza dans la cage ouverte de type Border. Depuis le mondial d' Ypres 2002, il est exposé dans celle-ci, avec deux perchoirs striés, de diamètre 12 mm distant l'un de l'autre de 8,8 cm ou 5 barreaux.

 

 

oiseau exposé avant 2001 :

 

 

 

oiseau exposé depuis 2002 :

 

 

21:03 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

10/08/2006

La mue

La mue : étape incontournable et cruciale de la vie de l'oiseau...

 

 

L'aile du canari :

(gloster cinnamon fond-jaune schimmel)

 

 

 

 

la queue :

 

 

 

les plumes principales :

 

 

 

La mue :

 


Introduction
La mue est le changement annuel de plumage du canari. Le plumage a une durée de vie limitée due à diverses causes.
Chez les oiseaux, la mue est le renouvellement périodique du plumage destiné à compenser l'usure et la décoloration.. La mue complète affecte l'ensemble du plumage. La mue s'accomplit selon un ordre bien déterminé. En règle générale, la mue et la reproduction sont bien dissociées dans le temps car elles sont toutes deux éprouvantes pour l'organisme de l'oiseau. Les plumes s'usent ou se cassent et doivent être remplacées pour conserver leurs différents rôles.
La protection : le plumage a d’abord pour effet principal l'isolation thermique du corps de l'oiseau. Le canari est un animal "à sang chaud". La température du corps reste donc constante quelle que soit celle du milieu ambiant. La plume joue donc un rôle de thermorégulation mais aussi d'étanchéité.
Les plumes sont des productions de kératine particulières aux oiseaux. Elles représentent environ 10% du poids de l'oiseau et leur nombre varie en fonction de l'espèce.
• Un canari possède environ 1500 plumes.
La partie la plus visible du plumage des oiseaux est constituée par les plumes de contour qui englobent les tectrices, petites plumes qui recouvrent la tête, le corps, la base des ailes et de la queue, les rémiges qui constituent la surface portante de l'aile et les rectrices ou grandes plumes de la queue.
• Les causes de la mue sont complexes. De nombreux facteurs jouent un rôle dans son déclenchement.

La Photopériode (l'alternance jour nuit)
C’est généralement la diminution de la durée du jour qui provoque la mue, ainsi passé le solstice d’été, les canaris élevés en lumière naturelle se préparent à cette période importante de leur vie.


Les sécrétions hormonales, la période de reproduction et les conditions de vie
Les sécrétions hormonales, la période de reproduction et les conditions de vie jouent aussi un rôle fondamental dans le bon déroulement de la mue. Chez les oiseaux en captivité, cet équilibre complexe entre les différents facteurs est souvent modifié et des mues anormales apparaissent. Il est impératif de respecter une régularité dans la durée d’éclairage et éviter les brusques changements comme les allumages intempestifs de lampes, surtout dans les pièces d’habitation. Les hormones sexuelles influencent la couleur, la forme et la disposition des plumes en croissance.

La période de mue est importante et éprouvante pour l'oiseau.
Si les oiseaux sont en bonne santé et que leur alimentation est bien adaptée à leurs besoins, la mue se déroule normalement.
Si l'oiseau est malade ou souffre de carences, la mue pourra être longue, partielle ou encore retardée. Pour que la mue soit rapide et de qualité, deux facteurs importants sont à prendre en considération : la lumière et le bain..
Respecter un éclairage sans fluctuation et dégressif dans le temps pour atteindre en fin d’été une équivalence avec la lumière du jour.


Les Parasites (Acariose des Plumes)
Certains acariens peuvent ronger la base des plumes et attaquer l'enduit gras qui les protège. Les petites plumes en deviennent fragiles et peuvent tomber. La petite hémorragie qui accompagne leur chute en rosit la base. Le parasite peut même se glisser dans le canal d'une plume. On brûle les plumes tombées et on traite par un insecticide. C'est très exceptionnel, mais l'élevage intensif, la promiscuité de nombreux canaris favorisent cette acariose, qui jointe à l'action des Mallophages, explique le plumage, trop souvent déplorable, des oiseaux vendus dans certains magasins. Il est donc très important de maintenir le local d’élevage dans un état de propreté impeccable afin d’éviter tout invasion de parasites.


Il existe deux types de mue :
• La mue juvénile ( ou mue partielle )
La mue partielle n'affecte que les tectrices (petites plumes qui recouvrent la tête et le corps, la base des ailes et de la queue) et non pas les pennes (rémiges et rectrices). Cette mue partielle ne se fait que chez les jeunes oiseaux de l’année et commence vers la 8ème semaine pour se terminer vers la 16ème semaine.
• La mue des adultes
La mue des adultes a lieu après la saison de reproduction au début de l’été , elle commence donc à partir de mi-juillet pour finir en septembre .cette mue concerne toutes les plumes du corps de l’oiseau. Les premières à tomber sont les rectrices et rémiges puis le manteau va suivre et la mue va se terminer par la tête.



Les Modalités de la Mue
Selon
les espèces, la mue peut être massive: c'est le cas chez les canaris. Elle ne s’étale pas sur plusieurs mois comme chez certaines espèces d’oiseaux mais dans un laps de temps très court. Pour les plumes de couverture, elle n'est pas simultanée ainsi l'oiseau ne se retrouve jamais nu. Pour les plumes servant au vol, la mue s'effectue dans un ordre défini, de façon synthétique et progressive pour ne pas gêner le vol.



Les Causes de la Mue
D'autres
facteurs favorisent aussi la mue. Il s'agit de la température, l'humidité, la luminosité, l'alimentation, la ponte. Il faut savoir que la mue est une période critique pour l'oiseau. Ses os sont fragilisés et plus sujets aux fractures, car les réserves de calcium des os sont utilisées pour la fabrication des nouvelles plumes. Les besoins en protéines de bonne qualité sont élevés chez l'oiseau pendant la période de mue. Il faut donc donner plus de protéines et de sels minéraux aux oiseaux pendant cette période. Ainsi, la qualité des plumes qui repoussent dépend de la richesse en acides aminés . Il existe à l’heure actuelle de nombreux complexes vitaminés de différentes marques très bien adaptés , riches en choline et acides aminés souffrés. Souvent l'oiseau est fatigué durant cette période : il ne chante plus et est plus sensible aux infections. Il ne faut donc pas hésiter à recourir à ces apports indispensables.



Conclusion
L'aspect du plumage reflète l'état de santé de l'oiseau. La mue étant une période éprouvante pour l'oiseau, il faut particulièrement surveiller son alimentation et ses conditions de vie pendant cette période.

 

 

09:38 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

30/07/2006

l'oxydation chez le LIZARD

 

 

 

L’oxydation du lizard

 

 

Le lizard est certainement la race la plus ancienne du canari.

Je ne reviendrai pas sur le standard dans son ensemble mais sur un point crucial de ce dernier : l’oxydation.

Bien que l’oxydation ne représente que peu  de points dans la fiche de jugement, elle fera la différence entre deux oiseaux au dessin irréprochable.

Pour commencer, il est indispensable de réduire au maximum le voile brun présent dans le manteau.

Pour ce faire, seule une exposition au soleil peut diluer l’eumélanine brune fautive : les UV ont une action de dilution de ce pigment et donc éclaircissent le fond. De plus ils oxydent l’eumélanine noire.

Donc, dans la mesure du possible, il est bon d’exposer ses oiseaux aux rayons du soleil.

Pour obtenir un jaune soutenu (casque et fond) il est bon aussi de donner quelques plantes à haute teneur en bétacarotène, comme le pissenlit en fleur, le sénençon ou encore le laiteron maraîcher. Ces plantes donneront un jaune plus «  chaud » et renforceront le contraste des couleurs.

Mais la plante reine pour une oxydation optimale reste le polygonum aubertii. Cette plante a pour principal avantage d’oxyder les parties cornées, comme les pattes et le bec c’est un incontournable si l’on veut « réussir » ses oiseaux. L’effort est spectaculaire et indéniable.

A partir du moment ou mes oiseaux sont sevrés, ils en reçoivent tous les jours.

 

 

Le standard

 

 

 

pattes non oxydées en début de sevrage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pattes commençant à être déja bien oxydées, les oiseaux sont en mue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeunes lizards en mue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le Polygonum Aubertii

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

quelques champions de mon ami Gérard GARCIA (gégé42 pour ceux qui le connaissent sur les forums "canaris"

Champion de FRANCE FFO en 2003 et 2004

des oiseaux d'une qualité exceptionnelle

 

 

 

10:32 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

28/07/2006

Logiciel de gestion d'élevage

Logiciel de gestion d'élevage que j'utilise.

 

 

 

 

 

 

1. À quoi ça sert
La plupart des éleveurs ont un "cahier d'élevage", et bien ici le principe est le même, mais en mieux. Pourquoi? Parce qu'ici pas de feuilles volantes, tout est clair et bien expliqué, vous pouvez y rentrer plus d'informations que sur un cahier d'élevage, et le logiciel est pourvu d'un tas de fonctions qu'un cahier ne pourrait avoir!
Bref... vous l'aurez compris, un logiciel de gestion d'élevage c'est quelque chose de plus adapté, plus optimisé pour la gestion d'élevage!

2. Pour les canaris
Bien que l'apparence du logiciel peut à première vue vous faire penser qu'il soit destiné aux perroquets, c'est faux. Pourquoi? Simplement parce que ce logiciel est basé sur Focus Canary Pro, un autre logiciel un peu plus ancien qui avait été créé uniquement pour les canaris!

3. Comment commencer
Rien de plus simple, même les débutants en informatiques pourront s'y retrouver! Installez le logiciel, tout est bien expliqué, il y a même des tutoriels pour commencer à gérer son élevage!
Pour commencer rapidement à gérer votre élevage sur Birds Evolution Pro: vous créez en premier vos oiseaux en cours de reproduction, vous formez les couples, et vous rentrez les couvées en cours!
Le logiciel ne se limite pas à ça bien sûr, des dizaines d'autres fonctions sont disponibles et prêtes à être utilisées

4. Oui mais... c'est gratuit?
Toutes les versions qui peuvent être téléchargées sont gratuites à la base: pas de restriction dans le temps. Cependant les fonctions sont limitées. On demande une contribution pour les "vrais" éleveurs qui ont plus de 5 nouveaux oiseaux par an, pour les autres (les passionnés mais qui ne font pas vraiment d'élevage), l'édition "Light" (gratuite) leur suffira amplement!
La contribution pour une édition standard (non limitée) du logiciel est d'environ 55 euros pour l'instant... ça correspond à 1 ou 2 oiseaux vendus, c'est donc très facilement amortissable, vu que c'est un bon logiciel ça vaut le coût.
A noter qu'en achetant le logiciel vous avez le droit de demander de le modifier si des choses manquent! Et cela GRATUITEMENT! Vous pouvez aussi profiter de mises à jour gratuitement pendant au moins un an!

5. Légalité
Vous achetez ce logiciel en toute légalité vu qu'il est distribué dans plusieurs animaleries et est commercialisé par la société Ara Studio (basée au Canada).

6. Programmeur (éditeur du logiciel)
c’est  Micaël FELIX qui est le programmeur du logiciel donc pour le contacter c'est vraiment simple, il est accessible ici : www.logiciels-ornitho.com

 

7. Installation (gratuite)
Vous pouvez télécharger le logiciel à partir de ce lien:

ftp://ftp2.logiciels-ornitho.com/logiciel4/BirdsEvolution...

Les mises à jour les plus récentes sont fournies dans ce dossier.
Installez le, et testez le, vous verrez, vous serez conquis!

Des tutoriels (sous forme de vidéo) sont disponibles ici:
http://www.logiciels-ornitho.com/Tutoriel

 

 

17:32 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

26/07/2006

Mon ami Gilbert VANDEN BOSCH

Mon ami Gilbert VANDEN BOSCH

 

 

 

C’est l’éleveur de norwichs par excellence !! j’ai fait sa connaissance tout d’abord virtuellement, par le biais d’un forum qui était à l’époque spécialisé en canariculture. Depuis les choses ont évolué et nous avons créé, avec quelques autres passionnés, notre propre forum. J’ai eu la chance de pouvoir le rencontrer chez lui, et cette rencontre m’a laissé un souvenir inoubliable… une pièce d’élevage comme j’en ai rarement vu, un homme d’une gentillesse et d’une compétence exceptionnelle.. Un passionné quoi !

J’ai fait l’acquisition fin 2005 d’un mâle reproducteur d’une grande qualité et cet oiseau accouplé à une de mes femelles m’a donné 9 jeunes en trois tours, et parmi eux quelques uns  très prometteurs. Que dire de plus….

Ah..si, nous communiquons tous les jours par le biais d’internet et il ne se passe pas un jour ou nous n’ayons pas d’avis à échanger, et ça, pour un passionné ça n’a pas de prix.. !!

 

Mon ami Gilbert :

 

 

 

 

 

 

10:28 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

25/07/2006

Le mélange de graines

Le mélange de graines

  

Il n’est pas possible de parler du canari, quelque soit sa race, sans parler de sa nourriture. Le canari est un granivore et nous nous devons de lui fournir le meilleur mélange et la meilleure qualité de graines.

Après des années de tâtonnements, d’essais et d’observations je suis devenu un « anti-navette » convaincu. J’ai testé la majorité des mélanges du marché, fait des ajouts, modifié les quantités distribuées pour en arriver à la conclusion suivante : méfiance sur l’utilisation de la navette dans les mélanges. Cet avis n’engage évidemment que moi, mais depuis que j’ai opté pour un mélange sans navette et élevé en alpiste, fini les problèmes de ventres rouges, les hépatites et l’engraissement inutile des mâles.

Depuis que je distribue mon mélange, mes oiseaux sont en parfaite santé, et ne dit-on pas que la santé passe par le bec.

  

La composition de mon mélange :

 

Alpiste : 69%

Niger : 10%

Lin : 8%

Chanvre : 5%

Avoine pelée : 5%

Semences sauvages : 2%

Périlla : 1%

 

 

11:19 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

23/07/2006

Le norwich mélanique

Le norwich mélanique

 

 

 

Le norwich mélanique est un oiseau difficile à travailler de part la structure de sa plume. En effet, contrairement aux lipochromes, la plume est plus « dure » et de ce fait renforce les principaux défauts que l’on constate souvent chez cet oiseau. Et parmi ces défauts, le plus flagrant est le creux de nuque. Il est plus courant de voir apparaître ce défaut chez les pigmentés que chez les lipos. La rondeur générale de l’oiseau s’en ressent aussi. De plus la coloration n’a que peu d’effets car la quantité de lipochrome est extrêmement réduite.

Cette année j’ai pratiqué l’accouplement vert intensif pur X  vert schimmel.pur. les résultats sont : 50% de mélanines purs et 50% de panachés à dominante mélanique. Ce qui tendrait à montrer que ces oiseaux sont à facteur E+E et non E+E+.

Quelques oiseaux se montrent malgré tout prometteurs, mais principalement en schimmel. Les intensifs mélaniques restants, à mon avis, des oiseaux de travail.

 

 

jeune "vert" de 35 jours :

 

 

 

 

 

norwich "vert" de six mois :

 

 

 

08:52 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/07/2006

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles.

 

 

 

J’utilise depuis quelques années les huiles essentielles en préventif et sous deux formes d’assimilation.

 

- la première :

 

en diffusion dans ma pièce d’élevage à l’aide d’un diffuseur à micro nébulisation que l’on trouve facilement chez les bons distributeurs d’huiles essentielles. Ce diffuseur est couplé à un programmateur mécanique classique qui me permet de gérer le temps et la fréquence de pulvérisation. Ainsi  les pulvérisations se font pendant 5 minutes toutes les deux heures. L’air ambiant se charge en huiles aux vertus différentes, certaines ont des vertus thérapeutiques, d’autres antiparasitaires. Elles sont respirées par les oiseaux et agissent en prévention des maladies respiratoires et jouent un rôle préventif non négligeable.

Voilà la formule que j’utilise.

 

- thym

- eucalyptus

- lavande

- pelargonium

- menthe

 

 

 

 

 

 

-la seconde :

 

 Par voie orale en distribuant régulièrement du PERFORM. Ce produit est un complément 100% naturel composé d’huiles essentielles sur base d’argile blanche. Argile blanche qui joue aussi un rôle positif sur le transit intestinal.

 

19:55 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Le nourrissage à la main

Le nourrissage à la main

 

 

Peu d’éleveurs en parlent et pourtant nombreux sont ceux qui le pratiquent.

 

Le but n’est évidemment pas l’apprivoisement des oiseaux ni la substitution aux parents mais tout simplement de sauver certains oisillons mal nourris ou encore d’apporter un plus pour les races « lourdes », surtout dès les premiers jours.

 

Les races lourdes dont le Norwich fait partie, ont de très grands besoins énergétiques et demandent un apport important de nourriture pour avoir un développement rapide dès les premiers jours. Un Norwich qui serait mal nourri dans la 1ère semaine présenterait des retards de croissance ayant un impact sur son gabarit final ainsi il serait une fois adulte, petit et hors standard. Toutefois les heures de nourrissage doivent respecter certaines règles. Si les parents nourriciers sont de bons parents, il faut éviter de nourrir pendant la journée, car dans ce cas les oisillons deviendraient apathiques et ne réagiraient pas aux sollicitations de nourrissage ce qui pourrait avoir pour conséquence l’abandon à court terme de la nichée. Je nourris donc les jeunes uniquement le soir, environ ½ heures avant l’extinction de la lumière.

 

Les produits que j’utilise, sans discernement, sont le Nutribird A21 ou le Handmix ces produits sont composés de 21% de protéines et contiennent des lactobacilles qui sont très importants dans le processus de digestion.

 

Dans le prochain article je parlerai de l’importance du choix des parents nourriciers.

Ci-dessus photos de jeunes dans la première semaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16:07 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Les compléments alimentaires

 

 

Les compléments alimentaires

 

 

La levure de bière :

 

C'est un champignon microscopique saccharomyces cerevisiae.
La levure renferme des enzymes (alcoolase, maltase, oxydase, catalase) une substance protéolytique proche de la trypsine (aide à l'assimilation des protéines).
Elle renferme aussi des vitamines B2 (lactoflavine) B3 ou PP (amide nicotinique) B6 (adenine) B7 et B12 .
Il y a aussi du glutathion des matières azotées (50 %) donc très utiles pendant la période de mue, un peu de lécithine des stérols du glycogène (énergétique) et des sels minéraux à hauteur de 10 % en particulier Phosphore et K (potassium).

C’est pour moi le complément incontournable.

 

La Choline : (Sédochol)

Considérée par certains comme une vitamine du groupe B, la choline est essentielle au maintien de l'intégrité des membranes de toutes les cellules et au métabolisme des gras.Elle est donc le protecteur idéal du foie. Foie qui est souvent malmené par une distribution de mélanges de graines non adaptés et souvent trop riches en matières grasses (comme ceux contenant un trop fort pourcentage de navette) . La choline contribue à la synthèse de la lécithine, une substance qui permet à la bile d'assurer la digestion des graisses. Comme précurseur de la phosphatidylcholine, elle intervient également dans la circulation des gras. L'organisme synthétise une très petite quantité de choline. Un apport extérieur est donc conseillé. Le jaune d'oeuf est de loin l'aliment le plus riche en choline : un oeuf cru (50 g) en contient 125 mg. Mais l’apport d’œuf dans la pâtée s’avère souvent insuffisant. J’utilise donc en complément le Sédochol.

Le calcium : (Calcilux)

Bien que présent dans l’alimentation traditionnelle, il est souvent en quantité insuffisante notamment à certaines périodes de l’année, comme celle de la reproduction ou celle de la croissance des jeunes. Il est donc nécessaire de faire un apport régulier à ces périodes. Les femelles en sont les principales consommatrices et une carence au moment de la reproduction peut avoir des conséquences désastreuses. Mal de ponte, œufs sans coquilles et surtout affaiblissement des femelles. De même, l’oisillon en pleine croissance est un gros consommateur de calcium. C’est le « ciment » de son squelette et plus l’oiseau est dit « lourd » plus ses besoins sont importants. Je fais donc un apport régulier en calcilux de chez Orlux. C’est une poudre hydrosoluble facilement assimilable.

Les protéines : (Ewitt 90)

Les pâtées du commerce (pour les meilleures) ont un taux d’environ 16-17% de protéines, ce qui est à mon avis insuffisant. les protéines étant l’essence de l’organisme . de  ce fait je rajoute dans ma pâtée un concentré de protéines de la marque EWITT90 de façon à obtenir un taux avoisinant les 20% .

La Lécithine de soja :

La lécithine de soja constitue un émulsifiant naturel de choix, qui favorise la solubilisation des corps gras dans le sang,. Mais l'action de la lécithine de soja ne s'arrête pas là ! Elle est riche en choline et inositol, intervenant sur le métabolisme hépatique des graisses.

 

Le vinaigre de cidre de pomme :

Le vinaigre de cidre contient plus d'une trentaine de substances nutritives, des minéraux, des vitamines et des acides essentiels, plusieurs enzymes et une bonne dose de pectine. Il est particulièrement riche en potassium et en d'autres oligo-éléments tels que le phosphore, le calcium, le magnésium, le soufre, le fer, le fluor, le silicium, le bore et bien d'autres. il aide à la digestion et favorise la flore gram+ (régénère la flore intestinale). De plus, de part son acidité, il maintient un ph acide dans le tube digestif et notamment dans le proventricule évitant ainsi la prolifération des mégabactéries qui eux préfère un ph plus neutre. L’assimilation des protéines se fait en milieu acide, en curatif il évite donc la proventriculite . je l’utilise à raison de 5ml par litre d’eau deux fois par semaine.

 

La liste des compléments alimentaire ne serait pas complète si on ne parlait pas des probiotiques. Ils peuvent être considérés comme un supplément naturel qui régulera la flore intestinale. Ils assurent un bon équilibre au niveau des bactéries digestives et comblent les pertes en bonnes bactéries, comme lors de la prise d’antibiotiques ou de pathologies comme la colibacillose ou la coccidiose. Ceux que j’utilise sont : Probizyme de chez Orlux (à mettre dans la pâtée), Oceproven (à mettre dans l’eau de boisson) et l’ultra-levure en gellule.

 

10:34 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

17/07/2006

La coloration du Norwich

La coloration du Norwich

 

bien que n'étant pas obligatoire pour exposer ses oiseaux, la coloration amène malgré tout un plus. elle met en valeur l'oiseau, donne une meilleure stucture à la plume et défini parfaitement la catégorie de chaque oiseau. ainsi il est plus facile de discerner les intensif, les intensifs à plume courte des différents catégories de schimmel...

je colore mes oiseaux à partir de la 6ème semaine. la quantité de colorant ne doit plus varier du début de la coloration jusqu'à la fin de la mue. par la suite, un apport de colorant  ponctuel est fait de façon à éviter de mauvaises surprises si l'oiseau venait à perdre quelques plumes. un oiseau mal coloré ou bicolore est fautif en concours.

 

Pour la coloration, j’utilise un mélange 50/50 de canthaxanthine et bétacarotène que je mélange dans ma patée.

 

 

 

 

 

 

La coloration commence à être visible dès le deuxième mois (principalement sur les épaules) et le processus est vraiment visible à partir du troisième mois. Cette coloration coïncide évidemment avec la mue juvénile. Chaque nouvelle plume repoussant colorée. Elle se terminera par la tête

 

Photos de jeunes lipochromes de 3 mois :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultat final,(Norwich de 6 mois) :

 

 

 

 

 

 

 

09:20 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/07/2006

Les graines germées

 

Les graines germées

 

 

On ne saurait trop insister sur le rôle capital des graines germées dans l’élevage des oiseaux.

Riches en vitamines A et E, les graines germées sont en outre, très facilement assimilables par l’organisme des jeunes et des adultes. Les résultats obtenus sont toujours très positifs

 

Ø      % élevé d’œufs fécondés

Ø      Croissance rapide des jeunes au nid

Ø      Vitalité des adultes.

 

Quelles graines utiliser en vue de la germination ?

Voilà la composition de mon mélange :

 

 

navette

niger

quinoa

katjang idjoe

froment

sorgho

dari

laitue

cardy

 

 

-  Revers de la médaille : il est essentiel de bien en réussir la préparation.

Les graines doivent germer rapidement, être rincées très souvent pendant le processus de germination et ne pas être exposées à la chaleur pour éviter toutes moisissures. Il est d’ailleurs    possible de les conserver une journée ou deux au réfrigérateur. Je les utilise toujours en  complément, mélangées à ma pâtée, et ce, deux à trois fois par semaine en fonction de la  saison. Je stoppe leur distribution pendant la période de repos hivernal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08:26 Écrit par Fabien dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |